Conseil municipal du mercredi 23 septembre !

Plaisir : ville-nature avec ses vaches en plastique !

Demain soir se tiendra la réunion mensuelle du Conseil municipal. Pour des raisons sanitaires, elle ne sera pas publique, mais seulement retransmise sur le site de la Ville par internet. Cela se comprend, mais aussi tombe à pic alors que la contestation concernant les nuisances du centre commercial s’enfle et que les habitants du quartier auraient pu souhaiter intervenir, d’autant qu’aucun point les concernant ne figure à l’ordre du jour actuel…

Nous ne pourrons être présent physiquement à la séance, mais rien ne nous empêche d’accueillir les élus à l’entrée de la salle du Conseil avec quelques pancartes et l’expression écrite de notre sentiment de Plaisirois en colère sur nos masques de protection, comme le cri muet d’une population que nos élus ne veulent pas entendre !

Lire la suite

Des améliorations ?

On parle de nous dans la presse…

« Toutes les Nouvelles » de la semaine, en date du mercredi 16 septembre, relate l’entretien qu’ont eu quelques habitants de l’Aqueduc avec le journaliste Alexandre Marqué qui s’est aussi rapproché de la Compagnie de Phalsbourg et de la Ville au sujet des nuisances créées par le Centre commercial bien mal nommé « Mon Grand Plaisir ».

Lire la suite

Mon grand Plaisir… Que faire ?

Le dernier week-end n’a pas montré une grande amélioration des problèmes liés au centre commercial. Il nous faut maintenant penser les suites de notre action sans nous laisser endormir par de vagues promesses : seuls les résultats concrets et rapides importent !

La pétition lancée juste avant le week-end atteint les 130 signatures, cela peut sembler peu eu égard au 30 000 habitants de Plaisir, mais il s’agit à 90% des seuls habitants du quartier et ne sont comptabilisées que les signatures via internet. C’est donc un engagement rapide et conséquent qui montre combien les riverains sont excédés.

Lire la suite

Pétition

Voies bloquées, piétons en danger : Mon Grand Paisir !

Pétition à l’adresse de :

• Mme Kollmannsberger, Maire de Plaisir,

• M. le Directeur du centre « Mon Grand Plaisir »

Nous, habitants, travailleurs et usagers de la Ville de Plaisir, exigeons que tous les aménagements de voirie soit mis en œuvre sans délai afin que la Ville ne soit plus l’otage du centre commercial « Mon Grand Plaisir » qui vient d’ouvrir ses portes.

En effet, nous avons pu constater que la circulation était gravement perturbée, tant sur la RD 11 que sur la RD 30 avec un embouteillage qui remontait sur deux voies jusqu’à 5 km du rond-point.

D’autre part, la sortie du parking sur la rue Pierre Maitre et la petite place Ida Nudel n’est pas conforme au schéma qui avait été soumis aux habitants et a pour conséquence de bloquer totalement le quartier de l’Aqueduc-Nord, en particulier les habitants de la rue Pierre Mendès-France, alors qu’il avait été publiquement déclaré par Mme le Maire qu’en aucun cas la vie du quartier ne serait perturbée par la circulation.

Par ailleurs, le parking souterrain s’avère insuffisant les jours de d’affluence et les véhicules se rabattent de façon anarchique tant sur les voies limitrophes que sur le parking vétuste d’Auchan, le surchargeant et menaçant la circulation des piétons.

Tout ces faits suscitent émotion et colère chez les riverains qui n’accepteront pas que cette violence qui leur est faite perdure et prendront s’il le faut toute disposition qu’ils jugeront efficace pour y mettre un terme.

Je signe

Un collectif citoyen ?

Le mécontentement général se manifeste sur les réseaux sociaux, par des initiatives individuelles, par le bouche-à-oreille… Cela ne suffit pas.

Il nous faut nous constituer en une force collective suffisante pour être un interlocuteur conséquent tant de la municipalité que des dirigeants du centre commercial et de la compagnie de Phalsbourg.

C’est pourquoi, indépendamment de toute orientation politique (même si nous, nous en avons clairement une) nous vous appelons à constituer ce collectif citoyen et sommes prêts à mettre nos moyens  à sa disposition pour peser sur les décisions qui concernent immédiatement notre vie de tous les jours !

Mais il faut savoir que rien ne se fera sans l’engagement de tous et que seulement notre nombre et notre résolution à ne pas nous laisser faire, pourra contraindre la mairie à agir et les promoteurs à réviser leur organisation.

Recours juridiques, manifestations sur la voie publique, interpellation de personnalités politiques… Toute action sans violence aux personnes doit être envisagée, mais nous ne devons pas laisser s’établir un état de fait qui perturbe la circulation dans toute la ville et rend un quartier invivable. Imaginons seulement ce que cela donnerait au moment des fêtes de fin d’année si nous ne sommes pas capables de nous unir pour y mettre un terme !

Si vous êtes intéressé et souhaitez être tenu au courant, remplissez le formulaire ci-dessous.

Téléchargez ici le tract complet dans sa version imprimable.

Merci, Mme Kollmannsberger !

Centre commercial « Mon Grand Plaisir »

C’est un étrange OVNI de béton et de verre qui s’est posé dans notre ville… L’architecture futuriste offre certes une image flatteuse toute de courbes et de lumière à ce monstre doublement anachronique. Hélas, il éveillera probablement un attrait sur la population : curiosité, petits plaisirs de consommation d’articles de mode à bon marché, diverses chaines de restauration et bientôt ce cinéma tant attendu depuis que le couple Regnault-Kollmannsberger a bradé et finalement fait disparaitre notre salle municipale, il y a plus de dix ans, le Becker qui offrait une programmation à la fois « grand public » et art et essai… Ces aspects consuméristes qui peuvent sembler attirants pour certains doivent aussi être dénoncés par les mots : surconsommation, manque d’éthique des produits, malbouffe industrielle et abrutissement collectif par les blockbusters !

Lire la suite

À Plaisir, une triangulaire sans enjeu, en France, une nouvelle donne au poker-menteur…

Il est bien difficile de tirer une leçon quelconque de l’élection municipale de Plaisir, et il est probable que le résultat national mérite une analyse plus approfondie que déplorer la faible participation, s’émerveiller de la poussée verte et se réjouir qu’enfin la bulle du macronisme éclate…

Lire la suite

Rhétorique électorale, 2

Au choix…

Dans le billet précédent, nous avons essayé de montrer comment chaque candidat, dans son rapport à ses destinataires construisait, si l’on peut dire, une scène énonciative, comment il délimitait l’arène où les concepts allaient s’affronter. En simplifiant à l’extrême, on pourrait déceler trois attitudes : la parole désincarnée et impersonnelle qui tombe du ciel avec Ginter (PG) et veut s’imposer comme vérité générale au-dessus de la mêlée, celle de la bonne bergère Kollmannsberger (MJK) qui guide pas à pas son troupeau (vers quel abîme ? C’est une autre question), et celle de l’humble Priou-Hasni (AJPH) qui nous montre l’image d’une servante obséquieuse, cherchant à complaire à ses maîtres, les habitants-électeurs, en l’occurrence. Le dieu, la guide et la démagogue racoleuse, si l’on voulait caricaturer… Mais ce n’est pas mon genre, vous le savez bien !

Lire la suite

Rhétorique électorale, 1

« ce qui est cru est plus important que ce qui est vrai. »

La rhétorique, comme chacun le sait, est l’art de la persuasion : il s’agit de produire un discours qui obtienne l’adhésion de ses destinataires. Cette adhésion repose à la fois sur la rigueur de l’argumentation et les ressorts affectifs des émotions suscitées, la clarté de l’énoncé et la personnalité de l’énonciateur —l’ethos, dit-on en termes savants— qui rend crédible son propos, ne serait-ce que par sa cohérence avec l’action passée. En exprimant les choses plus directement, on peut dire que les quatre piliers d’une bonne communication sont :

  • Le crédit personnel qu’on accorde à celui qui s’exprime ;
  • Sa capacité à se faire bien comprendre ;
  • Les émotions, positives comme négatives —empathie ou colère— qu’il sait nous communiquer :
  • Et enfin, la pertinence et la véracité de ses arguments.

Je mentionne ces éléments dans cet ordre car il correspond pour une bonne part à leur importance dans le mécanisme de la persuasion ; et si, en bonne logique, on pourrait penser que le plus important est celui que je cite en dernier, il faut se rappeler l’aphorisme d’un expert en la matière, Talleyrand, que j’ai placé en exergue de ce billet.

Lire la suite

Élection, piège à cons

Démocratie ?

Un titre un peu anar, des couleurs d’insurrection et puis surtout, une question.

Rappel des épisodes précédents : Dans le billet du 19 mai, je m’efforçais, à partir d’une anecdote locale assez mineure, de mettre en évidence les contradictions, à mon avis insurmontables, qui traversent ce que certains appellent encore la gauche. Même si le mot, assurément ne veut plus dire grand chose pour la majorité de nos concitoyens…

Aujourd’hui, partant de la même démarche —à savoir de la réalité matérielle immédiate des conditions politiques locales—je voudrais explorer, après celui d‘émancipation, le concept très ambigu de démocratie. Et la réalité matérielle immédiate dont je pars, c’est, bien sûr, le second tour de l’élection municipale.

Lire la suite

En attendant le second tour…

Blog confiné depuis le dernier billet, il y a un mois et demi : pas envie d’écrire sur une maladie qui s’étale dans tous les médias, pas envie de rabâcher les mêmes critiques —par ailleurs tout-à-fait justifiées— de l’impéritie gouvernementale, même pas envie non plus de souligner que la bulle du macronisme commence enfin à éclater avec trois ans de retard… Alors je vais revenir à l’election municipale de Plaisir pour essayer de comprendre l’impasse dans laquelle nous nous trouvons. Avis au lecteur : celui qui n’aime pas les longs propos théoriques peut s’arrêter tout de suite.

Lire la suite